Amazon et Alapage accusés par les libraires

Publié le par Grégory Bellemont

img-blog-020905-livres.jpgLe Syndicat de la librairie française accuse les deux grands noms de l'e-commerce de vendre les livres sans faire payer la livraison. Selon le Syndicat, qui représente et défend les intsérêts de quelques 550 libraires indépendants de France, livrer gratuitement des livres, peu importe le montant de la commande, est illégal.

Cette accusation a été portée devant les tribunaux et 2 litiges sont actuellement en cours Amazon.fr et Alapage.fr. En janvier 2005, le tribunal de Créteil avait donné raison au Syndicat de la librairie française et avait condamné Alapage à verser 30.000 euros de dommages et intérêts à celui-ci. Toutefois, le site de commerce électronique a fait appel de ce jugement et le résultat de cet appel est attendu en mai prochain.
En ce qui concerne Amazon, aucune décision de justice n'est encore réglée.

Les accusations du syndicat se rapportent au frais de port lors de la commande d'un livre qui sont offerts, sans exiger de montant minimum.
L'argument juridique du syndicat repose sur le fait qu'en ne facturant pas leurs livraisons, les e-commercants pratiquent la vente à perte et la vente à prime. Cette dernière consiste
à associer gratuitement à une vente un service ou un bien, ce qui est interdit par la loi Lang.
D'autres sites d'e-commerce pratiquaient cette offre mais ils ont entendu le message du syndicat et ont abandonné cette pratique. Ainsi, Cultura fait partie de ceux qui ont cessé cette offre.
Cependant, le leader français Amazon, malgré les échanges entre avocats qui vont bon train, poursuit sa gratuité de livraison et va même jusqu'à proposer cette gratuité uniquement pour les livres, alors que pour les autres produits, il faut atteindre un montant minimum d'achat de 20 euros.
Alapage non plus, malgré sa condamation, ne facture toujours pas ses livraisons.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article