Légère hausse des fraudes à la carte bancaire

Publié le par Grégory Bellemont

Voici une nouvelle qui n'aidera pas à rassurer le consommateur quant à la sécurité des e-commerces.
En effet, le nombre de transactions réalisées à partir de cartes volées est en hausse. Néanmoins, et cela peut rassurer quelque peu le cyberacheteur, le taux de fraude reste très bas et ne représente que 0,10% du chiffre d'affaires du commerce électronique.
Ces dernières années, on avait vu le taux de tentatives de fraude à la carte bancaire diminuer. Mais en 2006, elles ont enregistré une hausse de 29%. Ces tentatives de fraude correspondent à 2,19% du chiffre d'affaires d'un panel de 879 e-commerçants, rassemblés par l'assureur Fia-Net.
Selon les extrapolations de Fia-Net, cela représenterait donc 200 à 260 millions d'euros, sur les 11,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires enregistrés par la Fevad.
Le taux de fraudes avérées est également en augmentation, avec une hausse de 45%, mais il reste malgré tout assez bas. Ces fraudes concernent principalement des transactions effectuées avec des cartes volées.
Ces chiffres n'indiquent donc pas une baisse de la sécurité des commerces en ligne. En ce qui concerne les cartes de crédit volées, la seule solution contre la fraude est d'immédiatement la faire bloquer. La sécurité du commerce électronique ne peut donc être rendue responsable de ce type de fraude.
Deux facteurs peuvent expliquer cette augmentation: tout d'abord, «l'année 2005 a été exceptionnelle [en matière de lutte contre les fraudes], nous avons atteint des taux historiquement les plus bas», souligne David Botvinik. Ensuite, sur l'année 2006, «les e-commerçants ont abaissé leurs contrôles», souligne-t-il, «ce qui leur a permis d'annuler moins de ventes et de réduire leurs coûts. La contrepartie est toutefois un taux d'impayés légèrement accru».
Un autre élément indique que les cybermarchands ont baissé leurs contrôles en 2006. Le panier moyen de fraude atteint 462 euros en 2006 alors qu'il était à 363 euros l'année précédente, soit son niveau le plus bas. De plus, le panier de fraude dépasse largement le panier moyen d'achat évalué à 90 euros.
Les produits les plus plébiscités par les fraudeurs sont le matériel électronique et informatique (respectivement 32% et 17%). «Ce sont essentiellement des marchandises qui servent à faire du recel, qui seront rapidement écoulées auprès d'un cercle de proches ou encore aux enchères sur internet», souligne le DG de Fia Net.
Fia Net note que 62% des fraudes enregistrées sont le fait de personnes agissant en réseau, c'est-à-dire employant plusieurs identités et plusieurs adresses de livraison. En moyenne, ces réseaux utilisent six identités et sept adresses de livraison différentes pour réaliser vingt-trois transactions sur quatre sites.

A qui coûte la fraude ?

En cas de fraude sur un commerce électronique, le consommateur va demander à sa banque de se faire rembourser. La banque va ensuite se retourner vers le cybermarchand pour récupérer l'argent. C'est donc le commerçant qui devra supporter les frais, sauf s'il possède une assurance.

(Source : ZDNet.fr)

Publié dans Sécurité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SECUVAD 03/04/2009 10:48

Article très intéressant et sur lequel je me permets d’apporter quelques précisions concernant la fraude en ligne.

Il faut tout d’abord savoir que chaque année, plus de 50 millions d'Euros de ventes restent impayées et que ce chiffre ne fait qu'augmenter !
Et qui supporte le coût de la fraude ? C'est effectivement le cyber commerçant.
Quelles solutions existent aujourd’hui pour lutter contre la fraude ?
Des solutions qui vous garantissent 70 % de vos transactions, que vous savez non frauduleuses, et qui sont incapables de vous répondre sur les 30 % restants…
Quel cyber commerçant est prêt à abandonner 30 % des ses clients ?
Aucun.
Ces mêmes sociétés proposent donc des assurances paiement à des prix exorbitants pouvant aller jusqu’à 4 % du CA !

SECUVAD est né de ce constat : il n’existe aujourd’hui aucune solution de détection de fraude fiable, complète et rapide.
Pour relever ce défi, deux sociétés complémentaires se sont associées :
IIIAAA : société informatique spécialisée en Data Management et création d’algorithmes d’intelligence Artificielle, récent lauréat du concours OSEO
SPVAD : société spécialisée depuis 15 ans dans la détection de fraude sur Internet et le recouvrement de créances.

SECUVAD est le seul outil permettant une détection automatique des transactions suspectes et un traitement manuel par des experts des transactions à risque.

> SECUVAD permet de détecter 95 % des fraudes.

> Le modèle s’enrichit tous les jours de nouveaux comportements frauduleux.

> Le scoring des transactions est 100 % automatique.

> Seules les transactions suspectes sont traitées en détail par des experts de la fraude.

> Ces experts travaillent en étroite collaboration avec les autorités judiciaires.

SECUVAD est un outil plug and secure, qui ne nécessite aucun développement informatique chez le client.