Multidiscount et Maniaprice : des arnaques à la pelle

Publié le par Grégory Bellemont

Multidiscount et Miniaprice risquent de défrayer la chronique en raison d'arnaques qui se compterait par milliers.

En effet, Multidiscount, e-commerce spécialisé dans les produits high-tech et dans l’électroménager à bas prix, est fermé depuis juin 2007, suite à la cessation d'activité de Century Development, société propriétaire du site et basée en Espagne.

Toutefois, certains acheteurs ont été victimes de ce site car leur compte a bien été débité du montant de leur achat mais n'ont jamais reçu les articles commandés.
A l'heure actuelle, 960 personnes se sont déjà manifestées mais les gendarmes chargés de l'enquête estiment que le nombre de victime pourrait s'élever à 2.000 voire même 3.000.

La Brigade de Recherches de Paris, responsable de l'enquête invite donc toutes les personnes qui n'auraient pas reçu les articles commandés sur l'un de ces site, ni obtenu un remboursement des sommes versées, à se manifester auprès des services de gendarmerie ou de la répression des fraudes

Saisie de l'affaire à la fin 2007, la Brigade de recherches de Paris a mis au jour un système élaboré composé entre autres de gérants de paille et d'entreprises sous-traitantes basées en Europe et surtout en Espagne. Récemment, les responsables, des ressortissants français, ont été arrêtés. Le principal animateur de la fraude a été écroué et deux complices ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire assorti d'une caution. Ils avaient lancé leur activité il y a quelques années depuis Issy-les-Moulineaux (92), avant de déménager à Monaco en décembre 2005 pour des raisons fiscales. Si, au début, tout se passait correctement, des difficultés pour ces vendeurs en ligne sont apparues à partir de décembre 2006. Problèmes d'argent, soucis d'approvisionnement, les ennuis se sont accumulés jusqu'à ce que les sociétés ne soient plus en mesure d'honorer leurs engagements. Mais plutôt que d'assainir la situation en limitant provisoirement les commandes et en remboursant les acheteurs, l'activité a perduré pendant plusieurs mois, faisant exploser le nombre de victimes.

Avec cet appel à témoignages, la Brigade de recherches espère bien regrouper un maximum de victimes et fera tout pour qu'elles puissent récupérer leur argent, même si la tâche s'annonce compliquée. Pour vous aider dans vos démarches, vous pouvez également vous rapprocher des associations locales de l'UFC-Que Choisir, qui reçoivent également nombre de plaintes concernant ces cybermarchands.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article