Le risque de non-paiement du e-commerce européen au plus bas

Publié le par Grégory Bellemont

Selon un rapport de la Deutsche Bank, publié ce 12 novembre, le risque de non-paiement pour les commerces électroniques européens est au plus bas en 7 ans. Le taux de rejet de débit - taux des paiements par carte de crédit crédités après objection du propriétaire de la carte - est tombé à 0,26% contre 0,34% l'année dernière. Il s'agit d'un record dans le Rapport annuel de l'e-commerce, publié depuis 2002 sur base des opérations de paiement traitées par la plateforme de Deutsche Card Services. Contrairement à d'autres études, le rapport "Trends in E-Commerce Purchasing and Payment Behaviour" (Tendances des comportements d'achats et de paiement en e-commerce) est basé sur des transactions réelles et non sur des enquêtes.
La base de données est constituée d'environ 30 millions de transactions sur la plateforme Deutsche Card Services entre octobre 2007 et septembre 2008.
L'utilisation de la technologie de pointe 3-D Secure permet de réduire considérablement le risque de fraude des commerçants. Ceci est évident lorsque l'on regarde le ration de rejet de débit de la nouvelle méthode de paiement en ligne Maestro pour laquelle l'utilisation de la technologie 3-D Secure est obligatoire. En effet, ce ratio total est seulement de 0,10% et diminue à 0,07% si la technologie 3-D Secure est utilisée. Même si le système 3-D Secure n'est pas proposé par toutes les banques, son utilisation semble logique pour les commerçants. Le marchand ne sera pas exposé au risque de non-paiement s'il utilise la technologie 3-D secure, mais l'authentification sera impossible si le possesseur de la carte ou sa banque ne supporte pas le système.

La baisse du ratio de rejet de débit est largement due au fait que le ratio pour l'Allemagne est passée de 0,19% à 0,12%. La plupart des rejets de débit ont lieu parce que le titulaire n'a pas autorisé la transaction ou parce que la carte n'a pas été présentée. Le système 3-D Secure empêche de tels événements, qui sont souvent des tentatives de fraude. En effet, 77.32% de tous les rejets de débit sont dus à une tentative de fraude.
La raison la plus courant du rejet d'une transaction par carte de crédit dans le commerce électronique européen est que l'établissement financier ou le système d'authentification refuse la carte. En revanche, le Rapport e-commerce 2009 a constaté que le nombre d'erreurs liées à l'utilisation de la carte ("carte invalide", "CVV non communiqué ou non valide") a diminué.
Le taux de fraude dans l'e-commerce allemand est moins important que des le commerce brick-and-mortar.
Le ratio de rejet de transaction peut être comparé avec le ratio des vols à l'étalage dans le commerce de détail. L'EHI Retail Institute a remarqué qu'en 2008, en Allemagne, un panier d'achat sur 200 n'est pas payé, soit un ratio équivalent à 0,5%, soit 0,38% d'écart par rapport au ratio de l'e-commerce allemand pour lequel il faut compter seulement une transaction sur 833 qui est une tentative de fraude.

Au Royaume-Uni, les cyber-commerçants ont vu le nombre de non-paiements diminuer lorsque les clients utilisent leur carte de crédit. Cela suggère que les marchands britanniques utilisent de plus en plus de mesures contre la fraude. La technologie 3-D Secure, déjà obligatoire pour Maestro, semble avoir été adaptée aux cartes de crédit.

Autre élément qui ressort de cette étude est qu'en Allemagne, le nombre de non-paiement est quasiment le double pour les opération de paiement par carte de crédit effectuées par un homme par rapport à celles effectuées par une femme. Toutefois, pour l'Europe en général, le nombre de rejet de débit est plus ou moins égal pour les hommes et pour les femmes.
 

Publié dans Statistiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article