Le secteur des e-commerces alimentaire a bonne mine

Publié le par Grégory Bellemont

pc1.jpgL'alimentaire en ligne se porte bien, comme l'indique l'article "L'alimentaire en ligne, y goûter c'est y revenir", issu du magazine mensuel "Enjeux Les Echos".

En effet, les ventes des cybermarchés ont augmenté de 30% en 2006. Cependant, leur chiffre d'affaires annuel ne s'élève qu'à 100 millions d'euros, ce qui est encore bien loin du chiffre d'affaires du leader mondial : Tesco, qui réalise un chiffre d'affaires annuel d'1,5 milliards d'euros.
Le secteur semble donc être prospère. Houra et Auchandirect annoncent être à l'équilibre, tandis que Telemarket et Ooshop affirment ne pas en être loin.

Quelles sont les raisons qui contribuent à ce succès ? Il s'agit principalement de la baisse des tarifs de livraison, d'une offre plus qualitative, de sites modernisés et, point important, la sécurité des paiements.
Roland Coutas, PDG de Telemarket, explique que l'arrivée de l'ADSL a été une raison importante qui a permis d'inverser les courbes. Roland Coutas croit en l'avenir des cybermarchés : "Nous offrons des produits du discount jusqu'à l'épicerie fine au prix d'un supermarché de centre ville. Et une fois la liste de courses enregistrée, il suffit de 5 minutes pour enregistrer une nouvelle commande. Quand les clients y ont goûté, ils reviennent. Nous avons à ce jour 100.000 clients fidèles."

Frédéric Berlie, responsable d'Auchandirect insiste sur un autre aspect de l'attrait des cybermarchés : "Il y a une véritable confiance en l'achat en ligne qui surfe sur l'engouement pour la technologie mais aussi pour l'écologie : avec une camionnette nous faisons 15 livraisons!"

Toutefois, le pourcentage de client restera faible malgré le fait que les cybermarchés proposent une valeur ajoutée, estime Cédricq Ducrocq, directeur de la société de conseil en marketing Dia-mart.


(Source : Enjeux Les Echos)

Publié dans Actualité

Commenter cet article